▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

La classe inversée à l'école Boulle

mis à jour le 30/10/14

La @classe : une pédagogie basée sur le concept de la classe inversée. Depuis décembre 2013, Christophe Dufay fait travailler la théorie aux élèves à la maison et fait les devoirs en classe.

Christophe Dufay (enseignant de tapisserie à Boulle - christophe.dufay@ac-paris.fr) a mis en œuvre une pédagogie basée sur le concept de la classe inversée avec des élèves de seconde de bac professionnel artisanat et métiers d'art option tapisserie d'ameublement, dans le cadre de l’enseignement d’atelier.

La classe inversée, c’est rendre accessible le savoir et les explications théoriques en ligne avec des vidéos, des quiz…, pour que les élèves puissent se les approprier à leur rythme avant la classe, et avoir des activités d’apprentissage actives (pratiquer, s’exercer, développer, expérimenter, travailler en équipe) en classe. Dans ce modèle pédagogique, le déroulement du cours traditionnel est donc inversé : le cours magistral (activité d’enseignement qui cantonne les élèves dans une posture de réception) est déplacé à la maison, ce qui libère le temps de classe pour développer les compétences des élèves (activités d’apprentissage exigeantes sur le plan cognitif), ce qui est d’habitude souvent relégué aux devoirs hors de la classe, et donc en pratique sous-traité aux parents ou à l’environnement familial des élèves. Dit plus simplement, l’élève visionne des cours en vidéo chez lui au moment des devoirs, et le temps de classe est utilisé pour de la pratique et du soutien personnalisé.

Si les fondements de la classe inversée ne sont pas nouveaux, le numérique en offre aujourd’hui l’opportunité d’une mise en œuvre relativement simple et efficace.

Les principaux avantages escomptés de la classe inversée sont :

  • de permettre à l’enseignant de mieux remplir son rôle de guide ;
  • de permettre un enseignement différencié ;
  • d’augmenter la disponibilité de l’enseignant pour chaque élève lors de la classe ;
  • d’augmenter le temps de mise en activité des élèves durant leur formation ;
  • de les responsabiliser dans leur apprentissage ;
  • de leur permettre de progresser à leur rythme et de développer leur autonomie ;
  • d’augmenter leur motivation.

La @classe

L’élève visionne des cours en vidéo chez lui au moment des devoirs, et le temps de classe est utilisé pour les exercices et du soutien personnalisé.

Pour chaque activité de formation appartenant à la progression pédagogique de l’année de seconde, Christophe Dufay a créé une ressource numérique hébergée sur un site internet, la @classe,  et accessible à tout moment par tous ses élèves.

Site d’hébergement des ressources numériques pour la classe inversée

BLOG LA CL@SSE

Chaque ressource numérique comporte une capsule vidéo de quelques minutes et un questionnaire.

La capsule vidéo est constituée de deux éléments :

  • des planches qui illustrent les matières d’œuvre, les outils, ainsi que les processus de réalisation d’une opération en tapisserie (sanglage, guindage, garnissage…) ;
  • une vidéo commentée et légendée relative au processus de réalisation de ladite opération (activité professionnelle de tapisserie). 

Le questionnaire est relatif à la compréhension et la mémorisation de l'activité de tapisserie pour une autoévaluation en ligne de chaque élève.

 Vidéogramme  Planches explicatives Test de connaissances
video planches quiz

 Ces trois éléments – planches, vidéo, questionnaire – sont complémentaires et indissociables et jouent un rôle essentiel dans la stratégie pédagogique mise en place par l’enseignant. On l’explicitera un peu plus tard dans l’article.

Les capsules vont être utilisées dans deux situations distinctes de l’enseignement :

  • en amont de la séance d’atelier, en association avec le questionnaire et de manière systématique pour tous les élèves ;
  • durant la séance d’activités pratiques, en libre accès pour les élèves qui en éprouvent le besoin.

La classe inversée en vidéo

Vidéo

Principe pédagogique convoqué dans cette démarche de classe inversée

En fonction de l’avancement des élèves et de la progression pédagogique annuelle, le professeur planifie le travail de préparation (référence de la ressource) à faire en amont de la séance de cours pour chaque élève qui en est informé.

Ce travail en amont du cours consiste à visionner la capsule relative à la nouvelle activité pratique que l’élève va aborder dans sa formation et à faire le test avec le questionnaire. L’élève va ainsi découvrir une nouvelle activité grâce aux planches explicatives et à la vidéo, puis il réalise avec le questionnaire un test de compréhension et mémorisation de ces nouveaux concepts. Le résultat de ce test (réalisé sous Google Drive) est automatiquement transmis à l’enseignant qui va disposer d’un tableau de bord qui agrège l’ensemble des travaux préparatoires de ses élèves. Cette information permet au professeur de suivre le travail de l’élève et d’individualiser son action. Il sait si oui ou non l’élève a fait cette préparation et connait les résultats des tests.

Cette première étape permet de préparer les élèves, en leur apportant les nouvelles notions de bases et en les rendant réceptifs aux futures activités pratiques qui vont être menées en classe sous la conduite de l’enseignant. Cette étape responsabilise l’élève, qui dispose de tous les éléments pour s’approprier les nouvelles notions, vis-à-vis de son nouvel apprentissage.

L’élève, fort de cette connaissance, est réceptif pour la mise en application immédiate en atelier avec le professeur. Il peut directement réaliser l’activité pratique avec la possibilité, s’il en éprouve le besoin, de solliciter le professeur pour des explicitations particulières ou une démonstration réelle. Mais il peut également, si le professeur n’est pas disponible ou s’il préfère rester autonome, revisionner la capsule à souhait pour trouver par lui-même les réponses aux questions qu’il se pose durant ses activités pratiques.

Dans cette phase de séance d’atelier, le recours possible à la capsule vidéo sur un support mobile comme une tablette, permet de développer l’autonomie chez les élèves et de redonner plus de disponibilité à l’enseignant qui peut ainsi consacrer plus de temps à certains élèves qui en ont davantage besoin.

Rôle joué par chacun des éléments de la ressource numérique

L’élément principal – la vidéo – illustre, avec les images, le son et les légendes, parfaitement les notions nouvelles abordées. Les planches intégrées dans la capsule sont complémentaires à la vidéo en apportant des données plus factuelles, précises et exhaustives sur les techniques et la technologie abordées. L’élève peut d’ailleurs faire des allers et retour entre ces deux éléments pour faire le lien entre la compréhension de la technique et la mémorisation des intitulés et des caractéristiques techniques précises.

Le questionnaire quant à lui permet d’impliquer l’élève dans un processus d’autoévaluation pour une plus grande interactivité dans la phase de préparation en amont. En effet les élèves qui éprouvent des difficultés à répondre aux questions sont incités à revoir les planches ou la vidéo pour chercher à mieux comprendre. Ainsi le questionnaire régule l’apprentissage de l’élève en l’incitant à reprendre la lecture de la vidéo si nécessaire.

Ce qu’en pensent les élèves

Paroles d'élèves

  • "On peut voir plusieurs fois les vidéos avant le cours"
  • "On peut revoir les vidéos à l’atelier lorsque le prof n’est pas disponible ou lorsque je n’ai pas envie de le solliciter de peur de lui montrer que je ne sais pas faire"
  • "C’est plus facile pour nous de consulter des écrans que de lire un livre"
  • "Ce type de ressource vidéo correspond parfaitement à nos habitudes et pratiques hors de l’école"
  • "Dans une vidéo on voit tout et il est plus facile de comprendre"
  • "En écoutant, en visionnant et en lisant c’est plus diversifié et plus adapté à nos styles d’apprentissage"
  • "Par contre, le conseil professionnel du professeur est indispensable parce que ses explications et ses démonstrations peuvent être adaptées à chacun d’entre nous"
  •  "Avec les ressources numériques c’est comme si on avait un prof à notre disposition en permanence, on peut faire play, stop ou replay dès que l’on en a besoin"
  • "C’est adapté à nos besoins, avec cette méthode on ne reste pas bloqué"

Des  idées exprimées par les élèves pour améliorer le dispositif

  • Supprimer le bruit de fond d’atelier sur la bande son de la vidéo. Les élèves ont souligné que sur les vidéos les commentaires de la personne filmée, enregistrés en direct sont quelquefois peu audibles compte tenu des bruits parasites dans l’atelier.
  • Rendre les ressources accessibles hors connexion Internet. D’autres élèves souhaitent disposer des ressources sur une clé USB ou téléchargeables pour pouvoir travailler ou les consulter en tout lieu et hors connexion Internet.

En marge de la classe inversée, un processus d’évaluation mixte

Le professeur a mis en place durant les séances d’atelier un processus d’évaluation mixte avec :

  • une part d’autoévaluation
  • une part d’évaluation par un pair
  • un arbitrage fait par l’enseignant.

Quand un élève a terminé un travail le professeur avec un ou deux autres élèves apprécient la qualité de la réalisation au vu de critères objectivés définis sur un document. Le diagnostic et l’évaluation finale est ainsi bien partagée par l’élève concerné.

L’autoévaluation entre pairs avec l’arbitrage du professeur convient parfaitement aux élèves. Cela leur semble être le bon moyen de se rendre compte objectivement des compétences acquises ou non encore maîtrisées. Le processus reste cependant perfectible. Il est nécessaire de :

  • simplifier des indicateurs de performance (points de contrôle de la qualité de l’ouvrage) pour être plus efficace dans un temps plus court ;
  • changer les items d’évaluation pour les exprimer en compétences telle qu’elles sont définies dans le référentiel, et non en point de contrôle de la qualité de l’ouvrage ;
  • remplacer les notes par un taux d’acquisition de la compétence, ce qui est beaucoup plus parlant pour l’apprenant ;
  • automatiser l’opération d’évaluation en compétences pour devenir des éléments constitutifs de CCF (contrôle en cours de formation).

Ce volet « évaluation » dans la pédagogie de « la @classe » va faire l’objet d’un développement futur pour proposer aux élèves un module numérique d’évaluation des compétences qui permettra de faire participer l’élève à son évaluation pour une meilleure interactivité et une plus grande implication dans son apprentissage.

Bilan intermédiaire

Les sept points remarquables que l’on peut observer à ce stade de l’’expérimentation sont les suivants :

  1. la nature des ressources numériques sont beaucoup plus adaptées aux élèves, qu’un livre ou un document papier ;
  2. l’accessibilité aux ressources est adaptée aux besoins et aux mœurs des élèves, ce qui génère chez eux une plus grande motivation ;
  3. les élèves ont validé le concept des trois éléments constitutifs de la ressource (planches, vidéo, questionnaire). Il permet un processus itératif et individualisé dans les apprentissages, entre le questionnaire et la capsule, puis, entre difficultés rencontrées à l’atelier et la capsule. L’usage dans la situation d’apprentissage en autonomie, avec le questionnaire comme élément de régulation, est apprécié : l’élève passe de la capsule au questionnaire et vice versa. L’usage à l’atelier, avec le résultat de l’activité pratique comme régulateur, est aussi pertinent : l’élève passe de l’activité pratique à la capsule et vice versa ;
  4. l’individualisation des apprentissages en sollicitant plusieurs styles d’apprentissages (lecture, image, vidéo, message audio, questionnement individuel) et en s’adaptant automatiquement aux besoins de l’élève et à son rythme d’apprentissage ;
  5. l’accès aux capsules libère l’élève de la crainte de solliciter trop fréquemment l’aide du professeur ;
  6. la classe inversée responsabilise l’élève et l’incite à développer son autonomie;
  7. les élèves ont exprimé l’impérieuse nécessité, malgré tout, du professeur pour le conseil de professionnel, adapté au besoin de chaque élève (remédiation individuelle).

Ces sept facteurs sont des indicateurs très positifs quant à la pertinence de cette pédagogie vivifiée par le numérique !

En savoir plus sur la "Classe inversée"

Explications d’Héloïse Dufour, docteur en neurobiologie et enseignante, qui a découvert le fonctionnement de cette pédagogie aux Etats-Unis :

« Dans le modèle de classe, le déroulement du cours traditionnel est inversé : le cours magistral (activité d’enseignement qui cantonne les élèves dans une posture de réception) est déplacé à la maison, ce qui libère le temps  de classe pour développer les compétences des élèves (activités d’apprentissage et d’appropriation exigeantes sur le plan cognitif), ce qui est d’habitude souvent relégué aux devoirs hors de la classe, et donc en pratique sous-traité aux parents ou à l’environnement familial des élèves. Si les fondements de la classe inversée ne sont pas nouveaux, le numérique en offre aujourd'hui l’opportunité d’une mise en œuvre relativement simple et efficace »

Philippe Taillard, Délégué académique au numérique

Retrouver cet article dans le "Spécial numérique éducatif" de la revue Technologie [Canopé| n° 193 octobre 2014.

Techno