Bandeau

Retour sur la participation du CLEMI Paris à la JAINE le 24 mai

mis à jour le 22/05/17

LOGO JAINE Pour encourager l'innovation et la prise en compte du numérique dans l'enseignement, le Clemi Paris s'est investi aux côtés de la DANE et de la CARDIE avec 4 ateliers de 10h à 17h. L’Éducation aux Médias et à l'Information passe aussi par le numérique !

Organisée tous les ans par l’Académie de Paris, la Journée Académique de l’Innovation et du Numérique Educatif (JAINE) a pour objectif d’encourager la prise en compte du numérique dans les enseignements.

Le 24 mai dernier, des espaces du Centre Pompidou ont été investis par plus de 20 ateliers, plus de 60 démonstrations, des tables rondes présentant des projets pédagogiques innovants, ainsi qu’une soirée festive pour le festival de la création numérique (ACART). Les participants ont pu assister à deux conférences ; l’une par Jean-Luc Berthier, « sciences cognitives et apprentissages, quelle place pour le numérique ? » et la seconde par Bruno Devauchelle « éduquer avec le numérique ».

Le Clemi Paris était bien représenté : Anne Lechaudel et Marianne Acquaviva, coordonnatrices pour le 1er et le 2nd degré, avaient « concocté » un programme soutenu et rythmé d’ateliers d'Education aux Médias et à l'Information tout au long de la journée. Ces ateliers mêlaient compétences en EMI et compétences numériques et offraient une utilisation immédiatement applicable en classe.

Les ateliers étaient dédiés au 2nd degré le matin et au 1er degré l'après-midi :

  • de 10h à 11h : Créer une maquette de journal scolaire à l'aide de Scribus et la diffuser sur Internet avec Calaméo (E. Martin)
  • de 11h à 12h : Découvrir les ressources numériques en EMI pour enseigner et s'autoformer en Education aux Médias et à l'Information (C. Laupa)
  • de 12h à 13h : Publier un média scolaire avec les réseaux sociaux (M. Acquaviva)
  • de 13h à 14h puis de 15h  à 16h : Découvrir les ressources numériques pour enseigner l'EMI au 1er degré (A. Lechaudel)

La matinée a donc démarré par une présentation de l’utilisation du logiciel libre SCRIBUS pour la réalisation de journaux scolaires. De nombreux enseignants de disciplines et de professeurs-documentalistes se trouvent en effet désormais confrontés à la conception de médias scolaires, avec, en pierre d’angle, la maquette. Or la PAO ne s’improvise pas… et l’attente de formation est réelle en ce domaine. Dans une approche comparative des différents logiciels de mise en page, Scribus se révèle un outil performant et bien adapté au contexte d’apprentissage scolaire. En effet, bien que sa prise en main requière investissement personnel, il permet une approche pédagogique intelligente de la chaine éditoriale ; avec Sribus le principe Freinet de « l’expression libre par l’imprimerie » et la pédagogie de projet sont à l’honneur !  L’élève est alors tout à la fois auteur, concepteur, éditeur, illustrateur, diffuseur… Les fonctionnalités avancées permettent l’acquisition de compétences professionnelles, depuis la terminologie (gouttière, chainage, chemin de fer, pré-presse...), la définition de gabarits et de modèles, la vérification des épreuves et le contrôle qualité des PDF, jusqu’à l’impression papier et/ou numérique sur CALAMEO.  A vous de jouer ! Scribus nous a convaincus !

Le 2ème atelier,  préparé par Claudine Laupa Gachette, était consacré à la présentation de ressources numériques utiles dans le cadre de  l’EMI. Toute leur diversité est apparue à un public nombreux venu l’écouter : MOOC sur la plateforme FUN, ressources thématiques de la BNF, France TV Education, Jalons, lirelactu.fr, Habilo Medias (le centre canadien de ressources en littératie numérique et médiatique), et bien d’autres encore, que vous pouvez retrouver pour la plupart en lien sur le portail du CLEMI.

Marianne Acquaviva nous a ensuite plongé dans l’actualité des réseaux sociaux, en nous démontrant leur pertinence  pour des apprentissages médias et citoyens. Mais quel réseau social choisir ? Twitter, Facebook, Youtube, Snapchat, Instagram ou d’autres encore ? Selon que vous privilégiez l’écriture, le photoreportage, les vidéos ou les débats, l’impact de chaque réseau social doit être finement analysé : la viralité de Twitter, les vidéos qui tournent en boucle sur Instagram, l’interactivité de Facebook, une audience maximum sur Youtube pour les vidéos… Et le support, que dira-t-il lui-même de mon identité ? Mac Luhan, « Le message, c’est le medium… » est toujours d’actualité. Autant de questions, autant de réponses, au cours de cet atelier stimulant ! Mais avant de vous lancer sur les Réseaux sociaux comme l’ont déjà fait avec succès de nombreux journalistes (Brut, Explicite, AJ+…), consultez les médias scolaires pionniers de l’Académie de Paris, publiés sur les réseaux sociaux : les pages Facebook de La classe du KB, Au Menu du Canard, ou encore le Condorcet Enchaîné. Ils sont originaux, informatifs, créatifs, ils ne manquent pas de tonus et vous montreront des chemins hors des sentiers battus. Entrer dans l’univers des réseaux sociaux requière de bien les connaitre, d’adopter une attitude responsable. La liberté d’expression est une conquête, celle des apprentissages, des usages, des droits, des devoirs. S’approprier le vocabulaire (post, punchline, Gif…), connaître les intérêts et les mécanismes internes propres aux médias sociaux (le pouvoir des algorithmes… ), comment donner le ton, créer son style, cadrer une image, cibler et élargir son audience, Marianne Acquaviva nous a tout dit.

L’après-midi a été consacré aux ressources numériques du Clemi Paris pour le 1er degré : Anne Lechaudel a pu présenter un atelier et répondre aux questions des collègues.

Tout à la fois pratiques et théoriques, ces ateliers lumineux ont eu un effet « électrisant », en ouvrant le champ de tous les possibles pour la création de médias scolaires.