Bandeau

Évaluation

Synthèse proposée par Joëlle BLUM, Marie IZQUIERDO, Alain LEVY, Pascale ROUZÉ et Marie THIRION

Les antisèches 

Contexte : classe de seconde, lors des contrôles

 Déroulement :

Afin d’aider les élèves à réviser, nous leur avons proposé de rédiger une « antisèche » de taille 10 cm par 6 cm chez eux, qu’ils pouvaient utiliser lors des contrôles. 
En préparant cette antisèche, les élèves se sont rendu compte qu’ils devaient évaluer ce qu’ils avaient acquis et non acquis, déterminer ce dont ils pourraient avoir besoin pour réussir leur contrôle et faire la liste des connaissances leur semblant essentielles.        
Avoir son antisèche pendant le contrôle permet aussi de réduire le stress et la pression pour certains élèves.            
Les retours des élèves sont assez positifs, car ils ont rapidement compris que recopier les formules du cours ne permet pas de réussir son contrôle. Il faut, pour se préparer une antisèche utile, bien travailler les exemples et les exercices faits en classe.          
Un certain nombre d’élèves a témoigné que leur antisèche ne leur servait pas ou peu pendant l’évaluation, car la construire leur a permis de clarifier les sujets évalués.

 

Exemple d’antisèches réalisées par des élèves de seconde :

 

grpe lyc im1  grpe lyc im 3 
 grpe lyc im 3 grpe lyc im 4 

 

Remarque : On peut demander aux élèves de la rendre avec leur contrôle ce qui permet de pouvoir éventuellement la corriger et leur donner des conseils sur ce qui y est utile et sur ce qui l’est moins.

Conclusion : C’est un outil que nous trouvons très bien, car il aide l’élève sur différents terrains : lors de l’évaluation, mais aussi en amont. En seconde, c’est tout à fait envisageable, car les enjeux du bac sont encore loin et cela met les élèves en confiance.

 Différencier les devoirs à la maison 

Contexte : toutes classes de lycée

Déroulement :

Lorsque nous rédigeons le sujet d’un devoir-maison, nous pouvons mettre un grand nombre d’exercices en proposant aux élèves d’en faire au minimum deux ou trois par exemple.     
Si l’on souhaite donner un devoir sur une notion précise, on peut proposer des exercices de niveaux différents (libre à l’enseignant de choisir s’il souhaite préciser ou non le degré de difficulté).
Si l’on souhaite varier les notions abordées, on peut proposer des exercices traitant de sujets différents. L’élève peut alors choisir quelles notions il souhaite traiter. Par exemple, un élève préférera choisir les exercices les plus courts, un autre ceux portant sur les notions qu’il a bien comprises pour bien réussir son devoir et d’autres encore préféreront des exercices faisant intervenir des notions encore mal maîtrisées par eux pour pouvoir s’entraîner et progresser.      
Il n’est pas rare que des élèves abordent plus d’exercices que le nombre minimum exigé.

Ce fonctionnement peut aussi aider les élèves en difficulté, car, en choisissant les exercices, ils peuvent se sentir en réussite : ils arriveront au moins à en traiter l'un d'eux.


 

Exemple de devoir donné :

Devoir maison à rendre le jeudi 12 janvier                                1re S

Vous pouvez choisir parmi cette liste deux exercices ou plus.

Exercice 1 :

Plusieurs personnes se sont réunies pour fêter Noël. Chaque personne a apporté trois cadeaux à chacune des autres personnes. Sachant qu’au total 468 cadeaux ont été déposés près de l’arbre de Noël, combien de personnes y avait-il ?

 

Exercice 2 :

Un tennisman frappe droit devant lui une volée à  du filet alors que la balle est à  de hauteur en. La balle franchit le filet en  à une hauteur de  et atteint en  une hauteur maximale de .
La longueur totale d’un court de tennis est 
La balle sortira-t-elle du cours ? (On pourra supposer que la trajectoire de la balle est une parabole.)

 

 

Exercice 3 :

grpe lyc im5

Exercice 4 :

grpe lyc im6 

Exercice 5 :

 grpe lyc im7


Conclusion :    

Les élèves se sont vraiment approprié de tels énoncés et le nombre de devoirs rendus a augmenté.

Nous avons expérimenté des contrôles laissant le choix des exercices aux élèves, mais nous n’en avons pas été satisfait.e.s, car les élèves ont manqué de temps et n’ont pas bien réussi. Nous devons approfondir cette expérimentation.         
Tout ceci peut également être pratiqué au collège.

Mobiliser l’élève en situation d’échec lors d’un contrôle

Contexte : tous niveaux, mais particulièrement en seconde.

Déroulement :

Nous avons réfléchi à des pistes pour les élèves qui décrochent lors des évaluations :

  • on peut proposer à l’élève qui ne se lance pas dans une recherche, ou très peu, d’utiliser son manuel et son cahier de cours pendant un contrôle. En général, la classe ne fait pas de commentaire et comprend très bien. Si cela pose problème, on peut proposer à chaque élève qui le souhaite d’utiliser son cahier et son livre (et éventuellement de mettre sa note sur un total de points moins élevé, par exemple sur 15) ;
  • on peut mettre une question bonus hors barème à la fin d’un contrôle. Celle-ci n’a pas nécessairement un rapport avec l’ensemble du contrôle. Cela peut être du type des questions posées en logique ou dans les rallyes. Les élèves s’y lancent bien volontiers ;
  • à un élève qui a fait des efforts, mais qui a obtenu un mauvais résultat, on peut proposer qu’il refasse le contrôle le soir pour le lendemain et éventuellement lui rajouter quelques points si sa correction est bien faite ;
  • on peut aussi parfois évaluer les élèves sur des exercices déjà faits en classe. Cela peut les motiver et les encourager ;
  • le professeur peut aider les élèves en leur permettant de venir poser leurs questions ; cela évite que des élèves bloqués sur une question cessent de travailler.

 Revenir à la synthèse