Bandeau

L’écotourisme au Hluhluwe-Imfolozi Park (Afrique du Sud), 4e

Niveaux : Collège 4ème
Mot(s) Clé(s) : Développement - Écotourisme - Tourisme durable - Différenciation territoriale - Big 5
Résumé

Vignette ecotourisme rsa Étude de cas. Démarche complète présentée au FIG 2017. Thème 2 - Les mobilités humaines transnationales (Le tourisme et ses espaces). Adaptable à d'autres niveaux. Par Nathalie Rodallecici

Chapeau

Panneau park Dans le cadre des mobilités transnationales, le programme de quatrième aborde la question du tourisme et de ses espaces sous l’angle d’une étude de cas. Le Hluhluwe-Imfolozi Park (HIP, prononcer simplement loulouwé-imfolozi park) est l’une des plus vastes réserves naturelles d’Afrique du Sud. Il se situe dans la province du Kwazulu-Natal en pays zoulou, à environ 280 km au Nord-Est de Durban. Devenu réserve nationale, cet ancien terrain de chasse du peuple zoulou, offre la possibilité d’étudier les formes et les effets de l’écotourisme. Il a été pionnier dès les années 1960 dans la protection du rhinocéros. La politique qui y est développée, vise à ouvrir le parc à l’exploitation touristique tout en menant une politique de préservation de la faune et de l’environnement. Cette stratégie de tourisme durable s’appuie sur les autorités et sur l’association des populations locales. Elle vise à utiliser les fonds du tourisme pour garantir la conservation d’un milieu naturel fragile et favoriser le développement socio-économique local. À l’échelle régionale, le tourisme en RSA (près de 10 % du PIB) connaît un développement spectaculaire depuis la fin de l’apartheid. Il concourt au développement économique et contribue à diversifier l’économie nationale. Il favorise ainsi l’intégration du pays dans la mondialisation. À partir de quelques sites et de dossiers documentaires, les élèves sont progressivement amenés à discerner, du local au global, le jeu complexe des acteurs et des échelles. La séquence les invite à jouer le rôle de touristes organisant les premiers préparatifs de leur voyage à destination du HIP. Puis ils appréhendent les bénéfices socio-économiques et environnementaux du développement du tourisme de nature dans l’espace étudié. Ils terminent par examiner les limites de l’équilibre écotouristique du parc et les questions de concurrence pour l’espace qui y sont particulièrement fortes. Cette étude de cas se prête à l’utilisation du numérique pour éduquer à la recherche d’informations sur le Web, acquérir des repères géographiques et réaliser des exercices cartographiques interactifs à différentes échelles (croquis et schéma), à l’aide d’un dispositif de VPI ou TNI. La démarche a été présentée par Nathalie Rodallec au Festival International de Géographie à St-Dié-des-Vosges le vendredi 29 septembre et samedi 30 septembre 2017 pendant les ateliers numériques organisés par la DNE et ayant pour thème "Territoires humains, monde animaux" avec comme pays invité "l'Afrique du Sud". Nathalie Rodallec est professeur au lycée Lavoisier (Paris 5e arr.) et formatrice DAFOR.

Dans le cadre du plan national de formation, la DNE organise des rencontres entre enseignants au cours d'ateliers pédagogiques pendant toute la durée du festival. En liaison avec l’inspection générale d’histoire et de géographie et avec les corps d’inspection académiques, ces rencontres permettent de montrer concrètement les usages pédagogiques des ressources et des outils numériques.

L'auteure remercie Alain Dubresson, professeur émérite des universités et Jacqueline Jalta, IA-IPR honoraire de l’académie de Paris pour les réponses scientifiques qu'ils lui ont apportées sur le tourisme en Afrique du Sud et sur la réserve nationale "hluhluwe-Imfolozi-Park".

Objectifs

 awfNiveau et thème du programme

Quatrième. Thème 2 - Les mobilités humaines transnationales (Le tourisme et ses espaces)

Autres niveaux possibles

Quatrième : Thème 3 étude des espaces transformés par la mondialisation, sous-thème les dynamiques d’un grand ensemble africain : l’Afrique australe
Seconde : des extraits de cette séquence peuvent être mobilisés dans l’étude du Thème introductif « du développement au développement durable »

Terminale  ES/L, S : des extraits de cette séquence peuvent être mobilisés dans le Thème 2 étude des mobilités touristiques en Terminale ES-L et du Thème 3 : l’Afrique face au défi du développement en Terminale ES-L et S

Problématique générale de l’ensemble de la séquence
Quels sont les formes et les effets de l’écotourisme au Hluhluwe-Imfolozi Park ?

Objectifs de contenu (voir fiche de définition)
Notions principales : développement, tourisme de nature (écotourisme), tourisme durable, différenciation territoriale
Vocabulaire : " Cinq grands " ou « Big 5 », bush, safari, « ranger », « lodge », SADC

pdf download  Liste des notions

Outils et ressources numériques utilisés

Outils : VPI -TNI, salle informatique
Ressources : Google Earth ; Google Maps.

Sites consultés par les élèves

Plan de la séquence

Partie 1. Destination HIP : un territoire touristique attractif  intégré dans la mondialisation
Partie 2. Un territoire exploité conciliant développement socio économique  et conservation des espèces et du milieu
Partie 3. Mais un équilibre territorial limité et menacé

Compétences centrales

1. Rechercher des informations sur Internet (séance 1), s'informer dans le monde numérique, exercer son esprit critique
2. Réaliser un croquis de l’origine géographique des touristes internationaux (séance 2), produire un document visuel
3. Passer du texte au schéma cartographique pour montrer les transformations du territoire, changer de langage (séance 3)
4. Rédiger un bilan portant sur les limites de l’équilibre territorial (séance 4)

Évaluation

Sélectionner et expliquer des informations dans un article du Web sur l'évolution du nombre de touristes internationaux visitant l'Afrique du Sud. Réaliser des tâches cartographiques lors d'une évaluation finale permettant la vérification de l’acquisition des repères. Rendre compte des notions.

Fichiers

Workspace iconeFichier WorkSpace pour l'étude de cas. L'écotourisme au HIP

Le fichier WS utilisé en classe est un fichier .gwb pour le logiciel de VPI ou TNI Interwrite WorkSpace version 9.1. Les pages à utilisation multicouches utilisées avec WorkSpace sont signalées par une étoile bleue à fond blanc. Attention le téléchargement de ce fichier qui est lourd peut entraîner quelques modifications sur certaines pages qu'il faudrait rétablir.  

pdf downloadAperçu fichier WorkSpace utilisé en classe Edc le tourisme de nature au HIP

Le fichier PDF est une conversion du fichier WorkSpace mais les pages y sont figées. L'intérêt de ce fichier est de donner aux non-utilisateurs de WorkSpace, un aperçu de la démarche et des documents mobilisés. Dans le PDF, seules la première et la dernière couche des pages WorkSpace sont visibles quand les superpositions de couches vont audelà de 3. 

Fiches d'acivités disponibles en deux formats

Fichier KMZ

pdf download L'article complet publié dans la brochure "Enseigner avec le numérique. FIG2017"

Description

Séance 1 : Destination Hluhluwe-Imfolozi Park ! (1 heure)

Rappel du titre de la partie : un territoire touristique attractif  intégré dans la mondialisation

Problématique

Quels sont les attraits naturels de HIP que recherchent les touristes ?

Objectifs de la séance

Caractériser les attraits naturels d’un territoire attractif et intégré dans la mondialisation, acquérir des repères géographiques.

Démarche pédagogique

  • Introduire et problématiser. L’enseignant lance l’étude de cas à partir d’une affiche d’un article web sur la stratégie promotionnelle du tourisme de nature à destination de la RS. Ces documents sont complétés par une courte vidéo publicitaire d’un prestataire de services installé au HIP. Cette activité permet de se projeter dans l’espace à étudier, de poser la problématique et de préciser les points de vocabulaire qui sont notés.

     

  • Rechercher et classer des informations sur le web.

Ce travail peut être réalisé collectivement en classe à l’aide du VPI ou TNI ou en binôme d’élèves équipés de tablettes, ou en salle informatique. Une fiche d’activité accompagnée d’un cartouche présentant le HIP et contenant les consignes de travail est distribuée ou mise à disposition sur le réseau ou les tablettes. L’objectif pour les élèves est de sélectionner des activités, un mode d’hébergement et de transport qui conviendraient à leurs désirs en tant que touristes (kznwildlife & hluhluwegamereserve). Il ne s'agit pas de consulter l'ensemble du site ou des liens de ces deux sites mais de
La consultation du site de l’Ambassade d’Afrique du Sud, apporte des renseignements pratiques (décalage horaire, comment s’y rendre, formalités, vaccins, sécurité).
Les repérages sur un globe virtuel (Google Earth), permettent de compléter une carte pour situer HIP à l’échelle régionale (cf. Figure 1)

Remarque : au cours de l’année, le professeur et les élèves utilisent régulièrement le globe virtuel pour localiser et situer. De même, les règles de cartographie en ce qui concerne le choix des figurés et la nomenclature sont régulièrement mobilisées lors des tâches cartographiques. 

  • Mutualiser. Un retour oral collectif est organisé autour des  projets d’au moins deux binômes. Une carte de HIP et l'utilisation de Google Maps avec Street view sur la route 618 dans HIP, servent d’appui aux présentations. La trace écrite retient l’importance des attraits écotouristiques (richesse de la biodiversité à découvrir, puissance de l’imaginaire, recherche d’évasion) pour satisfaire  un besoin en vogue fortement médiatisé de retour à la nature "sauvage" , auquel répond une offre diversifiée de types de safaris et d’hébergement qui font de l’Afrique du Sud un pays leader dans ce domaine. On note que HIP a une renommée internationale qui contribue à l’intégration de son territoire dans la mondialisation.

Séance 2 : Réaliser un croquis de l’origine géographique des touristes internationaux  (1h00)

Problématique
D’où viennent les touristes transnationaux au HIP ? (Voir note en fin d'article sur les réserves à prendre au sujet des statistiques touristiques de la RSA)

Objectifs de la séance
Analyser des données spatialisables, réfléchir au langage cartographique, produire un croquis

Démarche pédagogique : la séance se déroule dans une salle de classe équipée d’un VPI ou TNI. Elle s’ouvre par la correction de la carte réalisée lors de la séance précédente (cf. Figure 1). Le format.gif est compatible avec l’outil de remplissage du TNI/VPI (on utilise ici WorkSpace). On situe HIP sur une carte parmi l’ensemble des aires protégées naturelles en Afrique du Sud. Le professeur introduit alors la problématique et les objectifs de la séance. HIP reçoit 450 000 touristes par an, nationaux, africains et ultramarins. Cela pose la question de l’origine géographique et de la répartition des flux transnationaux que l’on va analyser puis représenter dans un croquis (cf. Figure 2).

Figure 1.

Ecotourisme RSA. figure 1 carte   titre   légende   couches échelle régionale

Observer et classer des données statistiques. À partir d’un dossier documentaire distribué ou mis à disposition, les élèves sont invités à classer en travail autonome les principales aires régionales mondiales, les pays émetteurs et les moyens de transport empruntés[1]. La correction est réalisée au tableau à l’aide des outils d’annotation du VPI ou TNI. Les différenciations géographiques sont expliquées. On note que si la part des touristes des pays africains limitrophes est dominante, ce sont surtout des touristes ultra-marins qui visitent les parcs et ce, à contre-saison.

Choisir l’échelle, la projection et le centrage du fond de carte. On envisage ensuite collectivement le choix de l’échelle, le type de projection et de centrage, les items de la légende, les choix des figurés, qui permettent de cartographier l’origine et les flux des touristes transnationaux en Afrique du Sud. Après observation de plusieurs planisphères vierges vidéo-projetés dans une page de VPI/TNI et quelques essais, on retient un planisphère à projection cylindrique centré sur l’Afrique.

Choisir les figurés. Les élèves sollicités au tableau utilisent les outils du VPI ou TNI. Ils déposent des aplats de couleur (outil remplissage) sur les principaux pays émetteurs de touristes à destination de l’Afrique du Sud, tracent les flux touristiques majeurs et secondaires qui mettent en relation les territoires (outil trait classique, la pointe de la flèche n'est paramétrée qu'une fois le trait tracé).

Reporter la nomenclature.

C'est toujours l'étape finale d'une carte ou d'un croquis. Ici les élèves font glisserles nombres correspondant aux Etats  à l'emplacement qui convient sur la carte.
Figure 2.

Ecotourisme RSA. figure 2 croquis   légende   tabeau données écran

Remarque : à chaque étape de l’exercice, les élèves ont dû justifier leur choix. Le numérique permet d’acquérir des repères géographiques et de faire comprendre que la carte relève des choix du cartographe.

 

Séance 3 : Passer du texte au schéma cartographique pour montrer les transformations du territoire (1h30)

Problématique
Quels sont les effets bénéfiques de l’écotourisme au HIP ?

Objectifs de la séance

Comprendre que HIP est un territoire exploité conciliant conservation des espèces et développement socio-économique.

Démarche pédagogique
Le travail d’analyse de documents débouche sur un schéma cartographique afin de pointer les transformations spatiales, environnementales, économiques et sociales de HIP. Il est conduit en classe entière à partir d’un ensemble documentaire.

Extraire des informations. On annote deux articles projetés à l’écran. Le premier fait comprendre les mécanismes de la politique de conservation innovante d’association des communautés locales ainsi que le rôle pionnier des autorités sud-africaines en matière d’arbitrage pour la préservation des paysages et des espèces. Le second porte sur le rôle des différents acteurs du développement socio-économique du parc et les bénéfices qui en résultent : création d’emplois, formation, sensibilisation à la préservation, revenus de la vente d’objets d’artisanat local, échanges de services, participation des communautés locales au développement de projets au sein de HIP.

Mettre en relations des informations. On utilise la possibilité offerte par le VPI ou TNI   d’utiliser plusieurs couches superposées dans une même page afin d’afficher des documents complémentaires de l’article principal. La conduite de l’analyse débouche sur le renseignement de la légende d’un schéma situé sur la dernière couche de la page (cf. Figure 3). Les élèves proposent des items. Ils complètent ensuite le schéma papier distribué. Ils notent que l'écotourisme valorise le développement de régions rurales et associe les populations locales.

Figure 3.

Ecotourisme RSA. figure 3 écran

Remarque : le numérique aide à faire comprendre qu’un schéma représente la synthèse d’un ensemble de notions.

Séance 4 : Rédiger un bilan sur les limites de l’équilibre territorial et mise en perspective (1h30)

Problématique
Quelles insuffisances et menaces pèsent sur l’écotourisme au HIP ?

Objectifs de la séance
Comprendre les questions de concurrence pour l’espace

Démarche pédagogique
Un paragraphe est rédigé collectivement à l’écran du VPI ou TNI après avoir analysé deux articles. On retient les insuffisances socio-économiques (faiblesse de l’ensemble du nombre d’emplois créés, bas- salaires à l’origine du maintien de la pauvreté des populations rurales et facteurs de tensions, problème de revendications foncières hérité des expropriations datant de l’apartheid). On souligne la menace environnementale que constitue un projet minier, situé dans la proximité immédiate de HIP, (en savoir plus sur le site : "save our imfolozi Wilderness"). La consultation du site de WWF soulève une réflexion sur les dangers de la persistance inquiétante du braconnage et sur le trafic mondialisé des animaux. On cerne le rôle des différents acteurs. On comprend que le choix d'un développement par le tourisme et les logiques de protection suscitent des tensions et des arbitrages qui sont particulièrement vifs en RSA.

Remarque : Les manipulations des outils numériques permettent  d’impliquer les élèves dans la séance tant dans l’analyse des documents que dans la rédaction de la trace écrite.

Mise en perspective
A l’échelle régionale de l’Afrique australe, le tourisme en RSA (près de 10 % du PIB) connaît un développement spectaculaire depuis la fin de l’apartheid. Ce secteur en croissance concourt au développement économique et contribue à diversifier l’économie nationale. Il favorise l’intégration du pays dans la mondialisation mais il génère aussi des inégalités spatiales.  On mobilisera les repères acquis lors de cette séquence au cours de l’étude du Thème 3 des espaces transformés par la mondialisation, sous-Thème les dynamiques d’un grand ensemble africain : l’Afrique australe.

A petite échelle, on décrit et on explique à partir d’un planisphère les flux touristiques internationaux et les principaux bassins récepteurs de touristes à l’origine de différenciations territoriales

Les apports du numérique dans les apprentissages

La démarche prospective aiguise la curiosité des élèves. Les recherches leur permettent de devenir acteurs de la construction des connaissances. Ils doivent prélever, hiérarchiser, organiser les informations à partir de sites et maîtriser des globes et cartes virtuelles  accessibles au quotidien. L’éducation à l’esprit critique, la notion de point de vue sont renforcés.
L’ensemble de la séquence favorise la réalisation en classe d’exercices simples, interactifs et non chronophages au TNI VPI.  L’écran n’est pas réduit à une simple surface de projection. L’utilisation s’avère particulièrement intéressante pour réaliser des tâches cartographiques  ou  former à la production de croquis et de schémas. Il offre toute une gamme d’outils utiles à la représentation de figurés. Il n’est pas nécessaire de solliciter un autre logiciel de cartographie si la salle est équipée. Les possibilités d’exécuter différentes propositions, d’en discuter collectivement, de modifier et de corriger si besoin, très facilement sans avoir à tout recommencer apportent une plus value particulièrement intéressantes.  L’appropriation du raisonnement géographique et du langage cartographique sont encouragés et renforcés. De surcroit, grâce aux manipulations numériques, les élèves acquièrent des repères géographiques. Les apprentissages et  la mémorisation sont stimulés.

Bibliographie

  • Fabrice Folio et Anaëlle Derroisne, Ecotourisme et parcs naturels : innovations et contradictions sud-africaines, le cas de HIP (Hluhluwe-Imfolozi Park), EchoGéo  juin 2010/août 2010
  • Fabrice Folio, Paul Arnould, Que nous apprennent les initiatives écotouristiques en Afrique australe ?, Géoconfluences, publié le 10.05.2011
  • Christian Girault, dossier Le tourisme nouveau secteur stratégique dans  images économiques du monde 2017 Armand Colin 2016
  • Statistiques tourisme RSA
      • Stats SA, Tourism and migration (Statistical release P0351) 2016
      • Guide Afrique du Sud, National Geographic 2012

Sitographie


[1] Complément d’information. HIP reçoit 450 000 touristes par an. On ne dispose pas de documents sur l'origine géographique des visiteurs de HIP. On change donc d'échelle. On travaille à partir des statistiques fournies par l'Afrique du Sud pour l'ensemble du pays. L'objectif central est de faire comprendre que le tourisme internationanl s'organise en pôle récepteur (ici l'Afrique du Sud) et pôle émetteurs (régions et Etats du monde. Or, il est nécessaire d'informer aussi les élèves que les statistiques de la RSA sont très complexes à exploiter.  Les chiffres ne sont pas très fiables, en particulier ceux qui concernent les Etats voisins comme le Zimbabwe  (des touristes pourraient être des migrants) et en ce qui concerne les visiteurs indiens et chinois. Le géographe Alain Dubresson l’explique par le fait que beaucoup des nationaux Sud-Africains sont catégorisés comme 'Indians' dans les recensements. Ils entretiennent des liens étroits et permanents avec l'Inde ce qui a pour résultat que  tous les entrants Indiens ne sont pas des 'touristes' au sens classique car ils rejoignent leur famille. Il est alors difficile de caractériser leurs parcours ou de calculer leurs dépenses locales. A ces derniers s’ajoutent  des bi-nationaux qui ne sont pas considérés et comptabilisés comme touristes (c’est aussi le cas des Britanniques et des Etats-Uniens qui changent de passeport selon les lieux de départ et d'arrivée. Parmi les visiteurs asiatiques, de plus en plus de Chinois se rendent en Afrique du Sud depuis quelques années. Les données sont compliquées par le contenu du terme 'Chine' avec ou sans Hong-Kong  (consulter pour en savoir plus les annexes du rapport 2015, http://www.southafrica.net/research/en/page/static/general-copy-research-about-sru)et par le problème des visiteurs provenant de Taïwan. 

Zoom

Logo Lettre académique

Lettre académique n°2
Novembre 2017

Ateliers Giptic
le mer. 7 févr. 2018 de 14:00 à 17:00
Cité scolaire Jean de la Fontaine
le mer. 31 janv. 2018 de 09:00 à 12:00
Lycée d’État Jean Zay 10 rue du docteur Blanche 75016 PARIS
À voir