Bandeau

Les lycéens et l’Industrie

ENSAMCette étude a été menée auprès de lycéens en série scientifique et technologique. Echantillon de 507 lycéens représentatif de la population des lycéens en série S et Technologique, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, de série et de niveau d’étude, après stratification par région de résidence. Le terrain a été réalisé du 6 au 11 mars 2013. Sondage Opinionway / ENSAM.

Une image de l’industrie en demi-teinte

Les évocations spontanées des étudiants concernant l’industrie sont partagées. Mentionnant avant tout des mots neutres descriptifs (‘usine’, 18% - ‘ingénieur’, 18% - ‘automobile’, 14%), les lycéens citent également des mots positifs (‘technologie’, 6% - ‘innovation’, 5% - ‘avenir’, 4%) comme négatifs (‘licenciements’, 12% - ‘difficile’, 8% - ‘salissant’, 2%).

Cette perception mitigée de l’industrie se ressent au travers de l’opinion qu’ils déclarent en avoir : 69% des lycéens en série Scientifique (S) ou Technologiques affirment avoir une bonne opinion de ce secteur (71% parmi les garçons, 73% parmi les séries Technologique et 73% en IDF). Ceci étant, et malgré un score qui paraît relativement bon, ces résultats sont à nuancer : comparativement aux autres secteurs d’activité testés, l’industrie bénéficie de la moins bonne opinion, exæquo avec l’agriculture (69% également). Le commerce et l’artisanat sont les mieux perçus (87%, 90% parmi les séries Technologiques), suivis des services à la personne et des services aux entreprises (respectivement 77%). Par ailleurs, l’appréciation des lycéens est nuancée : parmi les 69% qui ont une bonne opinion de l’industrie, seuls 10% déclarent en avoir une très bonne opinion (19% parmi les séries Technologiques vs. 8% parmi les étudiants en série S).

Plus en détail, les lycéens observent des points forts et des points faibles de l’industrie. Les capacités de l’industrie à contribuer à l’innovation (90%) ou encore à permettre d’être en contact avec les technologies de pointe (90%) sont particulièrement saluées par les lycéens interrogés. Ces derniers reconnaissent aussi la diversité des métiers (83%), et ce malgré leurs difficultés à sortir des représentations d'Epinal autour de l’usine et de l’automobile aujourd’hui malmenées par l’actualité. Ils perçoivent également dans l’industrie des perspectives de carrières à l’international (74%) mais aussi le fait que ce secteur emploie de plus en plus de personnel qualifié (71%, 78% parmi les séries Technologiques). A l’inverse, la qualité du cadre de travail ou encore la dimension RSE de l’industrie resteraient à prouver : ainsi moins d’un lycéen sur deux estime que les entreprises industrielles offrent de bonnes conditions de travail (49%), de bonnes rémunérations (45%) ou encore que ce sont des entreprises respectueuses de leurs salariés (39%) et encore moins de l’environnement (30%).

Sa capacité à créer des emplois en France est quant à elle contestée par 53% des répondants. Ils sont même 75% à considérer qu’il est plutôt difficile pour un jeune de trouver un emploi dans l’industrie aujourd’hui (et encore plus parmi ceux habitant en Province, 78% vs. 66% parmi ceux habitant en IDF). Cette dimension est particulièrement importante dans la mesure où elle joue fortement sur l’image qu’ont les lycéens S et Technologiques de l’industrie.

Ainsi, ceux qui déclarent en avoir une mauvaise opinion la justifient par l’image qu’ils ont des ‘licenciements, des usines qui ferment’ et pour 16%, il n’y a tout simplement pas d’emploi dans l’industrie. Or, les lycéens qui en ont une bonne opinion avancent également des raisons liées à l’emploi : pour 18% d’entre eux, c’est un secteur qui embauche, un secteur d’avenir (exæquo avec l’argument ‘l’industrie est source de progrès, d’innovation’). Les médias influent également sur l’idée que l’on se fait de l’industrie (pour 7% des lycéens qui en ont une bonne image, c’est notamment grâce aux médias vs. 16% qui rendent les médias responsables de leur avis péjoratif sur l’industrie).

Un intérêt pour l’industrie qui reste à développer et diversifier…

Moins d’un lycéen sur deux en série S ou Technologiques aimerait aujourd’hui travailler dans l’industrie (45%). Ceci étant, ils sont plus de la moitié parmi les garçons (56% vs. 28% parmi les filles) et les séries Technologiques (65% vs. 39% parmi les séries S). Parmi les intéressés, les secteurs de l’industrie qui suscitent une vocation sont principalement des secteurs en plein développement : 49% des lycéens qui aimeraient travailler dans l’industrie auraient une préférence pour les énergies renouvelables (53% parmi les garçons et même 64% parmi les séries Technologiques), 42% pour les équipements électriques, électroniques et numériques, 40% pour la construction aéronautique ou spatiale ou encore 27% pour la chimie (46% parmi les filles). Le secteur de l’automobile n’est plébiscité que par 17% des répondants et ils sont moins de 10% à envisager travailler dans les secteurs de la construction navale, ferroviaire, les biens d’équipements ménagers, la transformation des métaux ou encore le textile (respectivement 8%, 7%, 7%, 7% et 6%).

Quant aux métiers qu’ils aimeraient exercer, c’est la profession d’ingénieur qui arrive très largement en première place (62%, 72% parmi les lycéens en série S et 68% parmi les lycéens dont les parents sont aisés), devant technicien supérieur (33%, 49% parmi les séries Technologiques et autant parmi ceux dont les parents sont moins aisés), chercheur (29%, 32% parmi les filles) ou informaticien (27%). Concernant les lycéens qui ne souhaitent pas travailler dans l’industrie, ils invoquent comme première raison le fait qu’ils envisagent d’autres carrières (39%). Ils citent entre autres la recherche/ l’enseignement (4%), le commerce (2%) ou encore l’informatique sans suspecter qu’ils pourraient exercer ces métiers dans le secteur de l’industrie. Des conditions de travail difficiles et une qualité de vie mauvaise sont également évoquées par 14% des lycéens ne souhaitant pas travailler dans l’industrie.

…Potentiellement dû à un manque d’information sur l’industrie et ses formations

Les lycéens en séries S et Technologiques déclarent globalement ne pas bien être informés sur l’industrie : seuls 39% estiment que c’est le cas concernant les métiers de l’industrie et tout juste 35% concernant les formations aux métiers de l’industrie. Toutefois certains lycéens semblent mieux informés, à l’instar des lycéens habitant en IDF (respectivement 45% et 40%) ou encore les lycéens en séries Technologiques (53% et 49%). D’après les lycéens ceux qui les informent le moins bien sur les formations sont pourtant les acteurs qu’ils fréquentent le plus : leurs parents (53% se disent bien informés par eux à ce sujet, mais seulement 37% parmi ceux dont les parents sont plus modestes) et leurs professeurs (35%). A contrario, les écoles d’ingénieurs semblent la meilleure source d’information sur les formations aux métiers de l’industrie (63%). Pour autant la différence est importante entre ceux qui savent déjà qu’ils veulent faire une école d’ingénieur (74%) et les autres (53%).

Plus particulièrement concernant ceux qui se disent intéressés par l’industrie, seuls 53% imaginent suivre une formation dans une école d’ingénieurs (66% parmi les séries S et même 68% en IDF). Ils sont 19% à envisager suivre un BTS/STS (46% parmi les séries Technologiques), 16% un IUT (29% parmi les séries Technologiques), et même 7% l’université. Ceux qui se disent bien informés sur les formations aux métiers de l’industrie donnent des réponses relativement similaires (respectivement 53%, 22%, 15% et 7%).

élèves

Lire les résultats complets de l’étude (document joint).