Bandeau

Pourquoi et comment accueillir les enfants de moins de trois ans à l’école maternelle ?

accueillir les enfants à l'école maternelleLe projet de loi sur la refondation de l’École, la circulaire du ministre pour la scolarisation des enfants de moins de trois ans (Circulaire n° 2012-202 du 18-12-2012 MEN), affirment l’intérêt de cette scolarisation lorsqu’elle correspond « aux besoins de l’enfant et se déroule dans des conditions adaptées ».

Elle vise à favoriser l’adaptation et la réussite scolaire lorsqu’elle touche des enfants dont les parents « sont éloignés de la culture scolaire », en priorité dans les environnements défavorisés.

Ouvrir l’école maternelle aux enfants de moins de trois ans permet de compenser les inégalités précoces et faire que notre école soit plus égalitaire.

Un accueil réussi des tout-petits nécessite une collaboration étroite et rapprochée avec les familles. « Établir une relation de confiance est essentiel pour permettre à l’enfant de grandir sereinement entre école et maison. Ils sont incités à s’impliquer activement et positivement dans le suivi de la scolarité. »

Cette scolarisation doit être une première étape réussie, elle est pour beaucoup d’enfants la première expérience éducative en collectivité.

Pour les enfants, elle doit permettre de :

  • trouver sa place dans un groupe, se concevoir comme une entité de ce groupe, respecter les règles de base de la vie en groupe ;
  • renforcer l’entrée dans le langage oral ;
  • assurer pour tous l’acquisition de la langue française ;
  • atténuer l’écart langagier entre les enfants issus de différents milieux ;
  • acquérir de l’autonomie ;
  • découvrir et connaître un environnement, mener des activités

Pour les parents, elle doit permettre de :

  • s’investir dans la vie de leur enfant à l’école, d’être reconnus dans leur rôle et leurs compétences à partit d’une relation de confiance ;
  • les aider à accompagner leur enfant dans son développement et ses apprentissages ;
  • favoriser les liens avec l’environnement et accompagner les familles
  • accompagner la séparation et l’entrée dans le rythme de l’école (pour les parents comme pour l’enfant) ;
  • offrir un accueil individualisé à l’école pour une appropriation sereine de la culture scolaire.

A Paris 15 écoles de zones « sensibles » bénéficient de moyens supplémentaires pour réaliser ces projets d’accueil. Le Dasen a limité l’effectif accueilli dans les classes homogènes à 18 élèves. Le travail qui se mène dans ces classes de très petits nous sert de point d’appui pour repenser la première année de scolarisation et faire en sorte que la PS soit réellement une classe d’accueil. C’est elle qui construit les bases de la scolarisation pour la petite enfance.

Sommaire

 

Les axes du projet

Pour être réalisée dans des conditions favorables, l’ouverture de l’école aux moins de trois ans doit considérer comme primordiaux les besoins de base des très jeunes enfants, besoins physiologiques, psychologiques et affectifs. La propreté ne doit pas être forcée, l’école doit pouvoir remédier aux accidents en cours de journée. Le repos est nécessaire et individualisé, un enfant fatigué doit pouvoir se reposer, quelle que soit l’heure. Cela suppose que l’école soit équipée à cet effet. Le tout-petit se déshydrate rapidement et peut avoir faim. Des collations équilibrées peuvent être nécessaires en milieu de matinée.

Toute situation est considérée et analysée de manière individualisée pour permettre les prises de décision concertées avec les familles. C’est sur la base d’un véritable projet élaboré avec toute l’équipe que se définit le fonctionnement de la classe. A partir d’un état des lieux de l’école (ressources en salle, mobilier, matériel, encadrement…) la réflexion doit porter sur les points suivants.

1. Une utilisation optimale des locaux : salle de classe spacieuse (éviter les escaliers) et la mieux adaptée aux besoins de mouvements des tout petits ; salle de repos proche de la salle de classe, accueillante et sécurisante qui offre un lit par enfant ; salle de propreté à proximité de la salle de classe pour favoriser un usage selon les besoins, les passages collectifs aux toilettes sont proscrits ; salle de motricité et/ou de jeux, dotée de gros matériels et d’objets pour déambuler (porteurs) elle permet aux enfants de pousser, tirer, sauter, grimper, s’équilibrer, lancer…. ; les espaces extérieurs sont utilisés comme des extensions de la salle de classe pour que les enfants aient de véritables activités motrices en milieu ouvert. De manière générale la signalétique des lieux est faite avec soin et à hauteur des enfants (écrits et pictogrammes) pour qu’ils construisent des repères de lieux et de personnes.

2. Le mobilier – le matériel
Le travail de partenariat avec la collectivité territoriale permet de faire des choix concertés sur le mobilier « petite enfance », à la taille des enfants en évitant l’encombrement. Il n’est pas utile de disposer d’une table par élève. Des meubles à roulettes permettent de faire varier la fonctionnalité des lieux selon les besoins. L’espace de la classe est organisé de manière à prévoir plusieurs coins qui vont évoluer sur l’année :

  • un coin-coussins (certains ont besoin d’un moment de repos vers 10H30/11h) ;
  • des coins jeux : construction, cuisine, poupée….
  • des tables avec un bac central pour les manipulations (bac à semoule, à graines …)
  • des coins d’activités et d’expérimentations : peinture, graphisme, lecture, coin de livres observation du vivant, expérimentation, avec des objets…..
  • le coin regroupement est vaste et bien aménagé, chaque enfant peut prendre place sans gêne (bancs avec dossiers si possible)

La notion de plaisir et de jeu tient une grande place dans les activités qui sont proposées. A partir des jeux et des jouets qui sont mis à leur disposition les enfants doivent pouvoir exercer leurs cinq sens et découvrir les ressources des activités à plusieurs au sein de petits groupes.

3. L’encadrement des élèves
L’enseignant qui prend la classe doit exercer à temps plein, le tout-petit ayant besoin de stabilité. Il doit être volontaire et porteur d’un projet spécifique qui s’appuie sur une planification souple du temps, sur la journée, sur l’année, les besoins évolutifs des enfants en constituent le fil conducteur. La mise en œuvre de contenus didactiques est adaptée à cette première année dont la logique d’organisation repose sur l’adaptation aux progrès de l’enfant. Au sein de l’équipe, une organisation de l’accueil des tout petits doit être prévue en cas d’absence de l’enseignant.

L’ASEM est affectée à temps plein, elle est également volontaire et adhère au projet de la classe. Elle prend en charge des aspects matériels et des aspects éducatifs, dans une relation de partenariat avec l’enseignant. Elle accepte que les enfants puissent encore avoir quelques « accidents » de propreté. Elle accepte d’assurer la surveillance de la sieste après que l’endormissement ait été effectué par l’enseignant ; celui-ci reste disponible pour prendre en charge d’autres groupes d’élèves de l’école et accueillir ceux qui se réveillent rapidement.

Les modalités de l'accueil

acueillir les enfants à l'école maternelleA Paris des moyens importants sont consacrés à la qualité de l’accueil et de la scolarisation. Toute école qui fait le projet d’un accueil spécifique d’enfants de moins de trois ans, dont le nombre pour une classe homogène a été limité à 18 élèves, peut décider de donner à son projet diverses formes :

Classe homogène
Avantage : l’organisation matérielle est bien adaptée aux besoins des élèves.
Inconvénient : il y a moins de stimulation au niveau du langage et peu de possibilité de recourir aux apprentissages grands/petits, si ce n’est en cours d’année, dans le cadre d’un décloisonnement planifié.

Classe hétérogène, les tout petits sont accueillis dans les classes de moyennes et/ou de grandes sections.
Avantages : les élèves sont très stimulés, leur adaptation est plus aisée, l’enseignant est plus disponible du fait de l’autonomie des plus grands.
Inconvénient : la différence d’âge et de besoins des élèves entraîne des difficultés à s’adresser à tous en même temps et de la même manière.

Création d’une structure de type « passerelle » (classe ou autre dispositif). Elle donne lieu à l’établissement d’une convention entre la commune et l’éducation nationale. Sur ce projet particulier, la présence d’une éducatrice de jeunes enfants est à prévoir.
Avantage : préparer en douceur le passage au collectif en nombre de l’école, permettre aux enfants de conduire des activités le matin et de bénéficier d’après-midi aménagés et sécurisés. Constituer un soutien à la parentalité.
Inconvénient : c’est l’école maternelle à mi-temps.

Il n’en demeure pas moins que l’accueil de moins de trois ans reste possible dans toute école, dans la limite des places disponibles, une fois que l’ensemble des opérations de rentrée est effectué.

Le directeur/la directrice adapte l’admission selon la date de naissance et le degré de maturité de l’enfant. Dès le premier contact, l’école doit instaurer des relations de confiance avec les familles, en travaillant, notamment, avec les structures d’accueil de la petite enfance et la PMI pour préparer la première rentrée dans de bonnes conditions.

L’admission est un temps déterminant dans la relation que l’enfant et sa famille établiront avec l’école, l’entretien relatif à l’admission doit être fait avec soin, les objectifs de la scolarisation , les dispositions prises pour la rentrée et pour les premiers jours d’école, la notion de régularité dans la fréquentation scolaire de l’enfant doivent être abordées.

Un temps de prise de contact des lieux et des personnes peut être proposé dans le courant du mois de juin pour permettre aux familles de se familiariser avec l’école. Les moments de rencontre doivent permette à la famille de devenir le médiateur de l’école auprès de l’enfant et d’accompagner le projet d’aller à l’école en travaillant la séparation. Des photographies lors de la visite avec les parents peuvent être prises et données à l’enfant dans un petit porte-folio.

Le temps de la première rentrée est préparé avec soin. Des emplois du temps évolutifs permettent progressivement de réduire les temps d’accueil en présence des parents, au profit des activités de l’école. Une modulation des temps de fréquentation peut être définie selon les rythmes des enfants lors de la première semaine, à terme une fréquentation complète est l’objectif à atteindre, ceci doit être clair pour les parents.

L'accompagnement et la formation

La Mission académique Ecole maternelle, pilotée par l’inspectrice Eve Leleu-Galland assure l’expertise et la supervision des projets de l’académie. Un groupe « Moins de trois ans » assure le suivi et l’accompagnement des équipes, en coordination avec les équipes de circonscription.

Les conseillers pédagogiques des circonscriptions concernées suivront une formation le vendredi 14 juin 2013. Elle a pour objectifs de leur permettre d’acquérir des connaissances sur le développement du jeune enfant, et de développer une expertise dans l’encadrement des projets et le conseil aux équipes.

Les enseignants qui exercent dans les écoles reçoivent une formation qui commence le vendredi 21 juin. Elle leur permettra de préciser leur projet, d’acquérir des outils et des ressources pour le mettre en œuvre de manière efficace. Une formation « filée » se déroulera sur l’année scolaire prochaine, avec des temps communs de travail PE/ASEM. 

La formation concerne l’enseignant de la classe et le directeur/la directrice de l’école. Elle sera répercutée auprès de l’équipe pour que les connaissances et les compétences spécifiques à la scolarisation des moins de trois ans servent de base à la réflexion sur la refondation de l’école maternelle.

Un vademecum pour la mise en œuvre de La scolarisation des moins de trois ans à Paris, sera constitué et enrichi au cours des deux jours de formation de juin. Il sera remis à chaque équipe d’école.

La Mission académique Ecole maternelle peut être sollicitée par les équipes de circonscription et les équipes des écoles autant que de besoin.

Ses coordonnées : materaparis@ac-paris.fr

Les coordonnées de l’inspectrice : eve.leleu-galland@ac-paris.fr
Tel : 01 40 50 25 05/07

Post-scriptum

Les illustrations proviennent des sites :
http://www.chris-depot-vente.com