Bandeau

Elles écrivaient du théâtre sous l'Ancien Régime…

Théâtre de femmes AR Elles écrivaient du théâtre sous l'Ancien Régime…Quelques auteures restées dans l'ombre sont remises à l'honneur !

theatre de femmes tome I

ELLES écrivaient du théâtre sous l'Ancien Régime…voici les parutions de titres qui remettent à l'honneur des écrivaines restées dans l'ombre :

 

  • Théâtre de femmes de l'Ancien Régime

Tome II - XVIIe siècle

Editions d'Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn

Paris, Classiques Garnier, coll. "Bibliothèque du XVIIe siècle", mars 2016,

604 p.

Présentation :

Le théâtre des femmes prend son essor dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Les neuf pièces rassemblées ici relèvent de tous les genres alors pratiqués. Elles sont l'œuvre de Françoise Pascal, de Mme de Villedieu, de la sœur de La Chapelle, d'Anne de La Roche-Guilhen et de Mme Deshoulières.

 

  • Théâtre de femmes de l'Ancien Régime

Tome IV - XVIIIe siècle

Editions d'Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn

Paris, Classiques Garnier, coll. "Bibliothèque du XVIIe siècle", mars 2016,

489 p. 

Présentation :

Sous le règne de Louis XV, une nouvelle génération d'autrices de théâtre participe à l'essor du théâtre des Lumières. On trouvera ici les pièces de Mlle Monicault, Hélène-Virginie Riccoboni, Mme de Staal-Delaunay, Anne-Marie du Boccage, Françoise de Graffigny, Mme de Montesson et Françoise Benoist.

 

  • Les Comédiennes-chanteuses à Madrid au XVIIIe siècle (1700-1767)

par Caroline Bec.

Paris, Champion, coll. "Bibliothèque d'Histoire moderne et contemporaine", mars 2016, 568 p. 

comediennes chanteuse au XVIII

Présentation :

Durant la première moitié du XVIIIe siècle, en Espagne, tout particulièrement à Madrid, principal lieu de résidence de la Cour et capitale du royaume, divers facteurs historiques, culturels et artistiques engendrèrent une évolution de la profession de comédienne vers une spécialisation lyrique. Dans chaque compagnie, le nombre de comédiennes-chanteuses augmenta régulièrement, les attributions de chacune (fonction ou emploi) se précisant peu à peu jusqu’à l’interprétation exclusive de drames en musique en espagnol. Aussi, la place principale que l’on attribua désormais aux comédiennes-chanteuses modifia-t-elle leur existence, leur formation et l’exercice de leur métier. D’autre part, la présence d’interprètes lyriques italiens à Madrid entre 1737 et 1759 réorienta l’évolution des fonctions des chanteuses espagnoles. Dans une perspective historique et sociale centrée sur la période 1700-1767, cette étude considère tout d’abord les origines et la vie privée de ces artistes dans la Villa y Corte, puis les différents aspects de leur vie professionnelle, enfin leur place dans la société madrilène et plus largement espagnole, ainsi que le regard porté sur elles par leurs contemporains.

L'auteure Caroline Bec :

Caroline Bec est actuellement professeur d’espagnol en lycée dans l’académie de Créteil. Docteur en Histoire et Civilisation de l’Espagne moderne de l’Université Paris-Sorbonne, pour une thèse consacrée aux Comédiennes-chanteuses à Madrid au XVIIIe siècle, sous la direction du Professeur Annie Molinié-Bertrand (2012), elle est membre de l’équipe de recherche Civilisations et Littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen Âge aux Lumières (CLEA EA 4083), elle a été monitrice puis ATER à Paris IV-Sorbonne de 2007 à 2012. Ses principaux domaines de recherche sont liés à l’histoire des arts du spectacle et à la place des femmes dans le monde hispanique moderne.