Bandeau

à l'ère du numérique...retour aux ardoises magiques !

à l'ère du numérique...retour aux ardoises magiques !

Synthèse proposée par Marie IZQUIERDO

Contexte : collège et lycée

Depuis quelques années, je cherchais un moyen pratique de faire participer un maximum d’élèves à l’oral dans les différentes phases : interrogation sur la leçon, introduction d’une activité, question ouverte, activité mentale, etc.

Bien souvent, les « bons élèves » sont frustrés lorsqu’ils connaissent la réponse et qu’on ne les interroge pas tout de suite (souvent pour laisser le temps de réflexion aux autres) et, par ailleurs, les élèves en difficulté n’osent pas toujours lever le doigt pour donner la leur.

C’est face à ce constat que j’ai décidé de recourir à l’utilisation de l’ardoise blanche, outil très utilisé à l’école primaire.

J’ai ainsi dans un premier temps, exigé dans la liste du matériel à fournir en début d’année, une ardoise blanche avec un feutre effaçable.

Lors des premières semaines de cours, la majorité des élèves apporte son matériel, mais au fil du temps il commence à y avoir quelques oublis.

Un matin, alors que je demande en 5e le tracé à main levée d’une médiane, Pablo, qui n’a pas son ardoise ce jour-là, lève en guise d’ardoise un protège-documents dans lequel il a glissé une feuille blanche et sur lequel il a tracé l’objet demandé (voir annexe).

J’ai très vite validé d’un hochement de tête la réponse de Pablo, mais je l’ai surtout félicité pour son astucieuse trouvaille.

C’est ainsi qu’aujourd’hui pour tous les niveaux dans lesquels j’enseigne (5e, 4e, 3e, 2de) je demande en début d’année quelques protège-documents avec des feutres effaçables.

Avantages pratiques pour les élèves :

Outil léger, peu onéreux, ne prenant pas de place (les élèves le glissent dans leur cahier de cours ou d’exercices), rapidement utilisable.

Avantages pour le professeur :

Outil permettant d’avoir une participation de la majorité des élèves et créant une véritable émulation.

Les bons élèves sont moins frustrés et les élèves en difficulté osent davantage montrer leur réponse, ils sont même très contents lorsqu’on la leur valide d’un hochement de tête ou qu’on la leur compte comme bonus.

Pour aller plus loin :

Par ailleurs, la salle dans laquelle je travaille est équipée d’un TNI, mais aussi d’un tableau blanc. Bien souvent je relève quelques-uns de mes fameux protège-documents, je les affiche au tableau à l’aide d’aimants et nous étudions les différentes réponses, cela permet un très fructueux travail sur l’erreur. La participation est là aussi très active.

Concernant le travail sur l’erreur, il m’arrive aussi de prendre en photo avec mon téléphone portable quelques travaux d’élèves, j’envoie les photos sur ma messagerie (adresse créée à cet effet uniquement) et je les projette au tableau (TNI), c’est assez immédiat et très efficace…

Ardoises magiques

 grpe lyc im13

 

Travail sur l’erreur à partir de photos prises avec mon téléphone portable et projetées immédiatement au tableau

 grpe lyc im14

 Conclusion :

Il va de soi que mes élèves utilisent en parallèle des fameuses « ardoises magiques » l’outil numérique (ordinateur, calculatrice, tablettes, etc.) ; l’un n’empêche pas l’autre...

Petits avantages tout de même : le protège-document ne nécessite ni branchements ni réseau wifi et tombe peu en panne…

Revenir à la synthèse