Bandeau

Depuis plus de trente ans, l’économie de la planète est façonnée par la mondialisation.

Ce petit manuel d’histoire économique, proposé par un professeur à Oxford, présente trois caractéristiques : il couvre réellement le monde entier et pas seulement les pays aujourd’hui développés ou émergents ; il prend en compte les dernières avancées en histoire économique ; il est très accessible puisqu’il est destiné à un public d’étudiants et qu’il est illustré de nombreux tableaux et graphi... Lire

Les banques sont, depuis la crise des subprimes, au cœur de l’actualité économique et financière.

Depuis plusieurs décennies, la croissance économique est plus forte dans les pays émergents que dans les pays développés. Le point d’interrogation du titre pose la question du rattrapage des seconds par les premiers.

Un dossier très intéressant et utilisable tant en SES qu’en option de Terminale et en ECJS.

L’avant-propos pose l’ambition de l’ouvrage : fournir aux lecteurs les outils intellectuels pour « penser objectivement le réel », pour comprendre le comportement des hommes en société en suivant une approche scientifique.

Le régime politique de l’UE est loin d’être connu par les citoyens européens. Ils ont une « excuse » : il est compliqué et diffère des régimes politiques en vigueur dans les pays membres de l’UE.

Ce manuel d’introduction à la sociologie est destiné aux étudiants abordant la sociologie.

Ce livre réunit trois textes de Norbert Elias (1897-1990) qui développent une même analyse sociologique de (ou plutôt des) utopie(s). Le premier texte, nettement plus long que les deux autres (« La critique de l’Etat chez Thomas More ») s’inscrit dans un travail collectif et interdisciplinaire ; le deuxième (« A quoi servent les utopies scientifiques et littéraires pour l’avenir ? ») et le trois... Lire

Les auteurs sont des spécialistes des rumeurs (ou « légendes urbaines ») et ont précédemment consacré déjà deux autres ouvrages à cette question. Ici, ils analysent 50 « légendes urbaines » contemporaines (mais certaines sont récurrentes et depuis longtemps) repérées partout dans le monde et véhiculées par divers supports (mais principalement aujourd’hui par Internet).

L’ouvrage part d’un constat qui fait largement consensus : la reproduction sociale persiste et a même tendance, ces dernières années (ou décennies) à se renforcer. Le destin, scolaire et social, des individus se déciderait donc, le plus souvent, « au berceau.

Cet ouvrage vise à retracer l’évolution du système éducatif (en fait essentiellement de l’enseignement primaire et secondaire) depuis 1800 ; évolution orientée par les textes de loi qui se sont succédé et ont façonné le système éducatif français tel qu’il est aujourd’hui.

Dans l’introduction de ce dossier, O. Montel rappelle justement que la notion même de « classe(s) moyenne(s) » est problématique : quel(s) que soi(en)t le(s) critère(s) utilisé(s) pour la (les) définir, ce qui prévaut, c’est l’hétérogénéité (économique, sociale et politique) de cet ensemble social.

C. Wright Mills (1916-1962) s’est, durant sa brève vie, défini comme un intellectuel engagé, dénonçant la concentration des pouvoirs et le déclin de la vie démocratique aux Etats-Unis.

Ce livre veut montrer l’imbrication constante du privé et du politique ; une imbrication qui se manifeste et qui est ici étudiée dans la sphère familiale, et plus spécialement, dans le couple.

Deux universitaires, spécialistes de la communication, partent du constat que tout un chacun peut désormais faire : nous sommes tous, par divers canaux, fichés et surveillés via les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) : « raison marchande… et démesure des stratégies sécuritaires des Etats » expliquent « l’essaimage global du profilage » des populations.

Les textes qui composent cet ouvrage forment une fraction de la seconde partie d’Economie et Société et sont datés de 1911-1913. Si la première partie d’Economie et Société a été traduite en français en 1971, ces textes ne l’étaient pas et sont donc inédits en français.

Ce numéro vise à s’interroger sur les missions, les moyens et les résultats de l’institution judiciaire en France.

Il existe une hiérarchie du masculin/féminin structurée autour du travail et que l’on peut observer partout dans le monde (sous des formes diverses).

Il s’agit d’une édition entièrement revue et mise à jour d’un ouvrage paru initialement en 1995.

La société française apparaît comme une société dans laquelle la sécurité des citoyens semble bien assurée et le niveau de violence relativement faible.

La politique migratoire de l’UE, qui englobe ici les politiques d’asile et d’immigration, a pour objectif de réguler les entrées de ressortissants de pays tiers dans les pays membres de l’UE, de définir les conditions de leur séjour et de leur intégration sociale.

L’auteur, journaliste au quotidien Le Monde, montre d’abord que « l’identité de la France se décline au pluriel » et que « la diversité des trajectoires, des histoires, des religions n’a jamais été aussi importante » dans l’espace national.

La Justice est, souvent, au cœur de l’actualité. Elle demeure mal connue et est souvent critiquée.

L’auteur, criminologue, propose une synthèse tout à fait remarquable sur la criminalité en France.

Les deux auteures proposent d’abord une histoire longue de la valeur accordée au travail ; elles montrent que s’est produit, concernant notre rapport au travail, un glissement d’une « éthique du devoir » à une « éthique de l’épanouissement » sans que la « centralité » du travail dans nos vies soit vraiment mise en cause.

La famille n’est plus (et depuis déjà plusieurs décennies) une structure se référant à un seul modèle : il n’y a donc plus un modèle unique de famille mais des familles plurielles. A côté de la famille « traditionnelle » (couple marié avec des enfants nés dans ce mariage) existent désormais d’autres formes familiales : familles monoparentales, familles concubines (le couple n’est pas marié mais ... Lire

La compétitivité est « au cœur du débat français », comme il est justement dit dans l’avant-propos.

Après avoir présenté les « pères fondateurs » des théories économiques de l’entreprise (F. Knight et R. Coase), les auteurs distinguent 4 grands courants : pour le 1er, dominant dans la discipline mais qui présente un certain nombre de variantes, l’entreprise est vue essentiellement comme un « nœud de contrats » entre les acteurs qui y interviennent.

L’épargne est depuis longtemps un sujet de controverses : d’une part, elle permet l’investissement et favorise ainsi la production et donc la croissance économique ; d’autre part, elle réduit la consommation immédiate donc réduit la demande globale adressée aux secteurs productifs qui seront incités à diminuer leur production et aussi leurs effectifs. Tout ceci nuisant à la croissance économique... Lire

Les auteurs commencent par établir un diagnostic de la situation présente en Europe et mettent en évidence des facteurs monétaires et financiers de la crise traversée par l’UE (et plus spécialement par la zone euro) : des transferts inopportuns de capitaux, via les banques et les marchés financiers, du centre vers la périphérie ont entraîné une explosion de l’endettement des acteurs économiques,... Lire

Les années 1990 et 2000 ont vu le triomphe du capitalisme comme système économique : la chute du communisme en Europe a provoqué son extension géographique et lui a donné une assise idéologique tandis que la mondialisation contribuait à lui donner une dimension planétaire en même temps qu’elle consacrait des pays (les « émergents ») qui étaient sortis du sous-développement en adoptant les mécani... Lire

Alors que l’entreprise est un acteur central de la vie économique, l’analyse économique s’y est relativement peu intéressée. L’entreprise (ou la firme) a longtemps été identifiée à l’entrepreneur individuel, au producteur, seulement perçu comme un agent économique rationnel, cherchant seulement à maximiser son profit. C’est à partir des années 1970 qu’un renouvellement profond de l’analyse écono... Lire

Le Royaume-Uni a une réputation (justifiée) de partenaire difficile, rétif aux projets visant à approfondir la construction européenne, se contentant finalement qu’elle soit une zone de libre-échange. Son opposition et sa non-appartenance à l’UEM, son refus d’accepter l’accord de Schengen sur la suppression des frontières intérieures dans l’espace européen, les conflits récurrents sur sa contrib... Lire

Au moment où, dans beaucoup de pays développés et donc aussi en France, l’heure est aux restrictions budgétaires, la défense n’est plus à l’abri de celles-ci. Pourtant, la France entend continuer à maintenir une armée suffisante pour assurer la sécurité de la population contre d’éventuelles menaces extérieures et pour intervenir sur des théâtres d’opérations extérieures. L’économie de la défense... Lire

Ce volumineux ouvrage est divisé en 20 chapitres : D’abord, un panorama de l’économie mondiale est dressé puis sont présentés les principales institutions internationales (ONU, FMI, OMC, Banque mondiale) et les acteurs de l’économie mondiale (Etats, FMN ainsi que les ONG et les « acteurs clandestins »).

Le sujet de ce livre est la fraude (ou l’évasion) fiscale ; l’auteur précise d’abord que les Etats, plus encore aujourd’hui qu’hier (cf. leurs difficultés à équilibrer leurs comptes publics), ont besoin de disposer d’abondantes ressources fiscales pour financer leurs interventions économiques et sociales. Or, cette fraude ou évasion fiscale constitue un important manque à gagner pour eux.

Le dossier proposé constate l’existence d’un contraste sinon d’un paradoxe : à côté d’une Europe qui connaît, et pour certains pays de façon aigue, une crise économique et financière, on note que ce continent reste un continent riche, comme en témoigne le Global Wealth Report 2012.

Partant du constat qu’en France, depuis le milieu des années 1970, le chômage s’est installé au cœur de l’économie et de la société et que les politiques publiques ont montré leurs limites face à ce fléau, les auteurs (l’un, professeur en CPGE, l’autre à l’Université) suggèrent qu’une meilleure connaissance du fonctionnement (et des dysfonctionnements) du marché du travail constitue un préalable... Lire

Depuis 2007-2008, le monde connaît une nouvelle crise, économique et financière, considérée comme l’une des plus graves de son histoire. Ce livre, dans une langue simple et claire, tente de mettre à jour et de comprendre les causes et les enchaînements qui produisent les crises, et d’analyser les mécanismes économiques et financiers qui en rendent compte.

On pourrait être, a priori, rebuté par le titre, assez rébarbatif ; on aurait tort car cet ouvrage nous fait découvrir une méthode, scientifique, destinée à évaluer des politiques publiques. A un moment où les citoyens ont tendance à désespérer des gouvernants, voilà un instrument qui leur permet de mesurer l’impact de mesures qu’ils souhaitent adopter et, éventuellement, de les ajuster pour les... Lire

La crise économique et financière a provoqué dans beaucoup de pays développés une forte dégradation de leurs finances publiques. Dès 2010, afin de réduire les déficits publics enregistrés, des politiques économiques de rigueur ont été mises en œuvre.

Ce livre propose une somme de données statistiques et d’analyses de celles-ci sur plus de 20 pays, avec cependant une attention particulière portée à la France et au Royaume-Uni.

Le dossier part du constat qu’avec la flambée des prix des produits agricoles, on a assisté au retour de la question alimentaire.

Comme chaque année, le CEPII publie des analyses qui portent sur les grandes questions économiques mondiales.

L’édition 2014 de cette toujours très précieuse synthèse annuelle sur l’économie française présente d’abord une analyse historique et prospective (un aperçu de la conjoncture économique française actuelle suivi d’un retour sur un demi-siècle de fluctuations économiques) ; ensuite, est proposée une analyse macroéconomique : la place de l’Etat dans l’économie et son évolution sont précisées de mêm... Lire

Depuis une trentaine d’années, les politiques conjoncturelles visaient (via des politiques budgétaire et monétaire adaptées) à contrôler l’inflation et à maîtriser les dépenses publiques tandis que les politiques structurelles cherchaient à ce que la concurrence soit préservée voire accrue et que le fonctionnement des marchés se rapproche de l’optimum. La récente crise de 2008 a porté un coup sé... Lire

Depuis les années 1990, on assiste à la montée en puissance des BRIC, c’est-à-dire du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine. Si ce ne sont pas les seuls pays que l’on peut qualifier « d’émergents », ce sont indiscutablement les 4 plus grands. Et les efforts qu’ils ont consentis pour moderniser leur économie et tirer profit de la mondialisation leur ont donné une place éminente dans la h... Lire

Cet ouvrage propose un panorama du champ « Sciences, techniques et société », très interdisciplinaire, qui s’est donné pour objet l’étude des transformations récentes et conjointes des façons de savoir, des formes d’expertise, des marchés et de leur fonctionnement, des espaces publics et de leur régulation et des formes de gouvernement.

Cet ouvrage rend compte d’un colloque qui s’est tenu en 2010, à l’occasion du 30ème anniversaire de la parution de La Distinction, « livre de sociologie le plus cité au monde » !