PROJETS THÉÂTRE POUR L'ANNÉE 2019-2020 (ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ ET OPTION FACULTATIVE)

PREMIÈRES ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ : LA MÉNAGERIE DE VERRE (Tennessee Williams) premier semestre

La Ménagerie de verre de Tennessee Williams met en scène une cellule familiale asphyxiante (une mère qui impose un chantage affectif à ses deux enfants : un fils, et une fille maladivement timide) présentée à travers la mémoire du fils qui est aussi le narrateur de l’histoire. Elle repose sur un conflit de génération, sur la tension entre des vies en devenir, qui aspirent à s’affranchir, à se réaliser, et des vies ratées, frustrées, déçues. 

Elle est surtout une pièce sur le souvenir, sur le remords, sur l’exploration d’une mémoire qui ne reproduit pas strictement la réalité. Dans la mémoire, tout peut être déformé en fonction de la charge affective. En cela, elle pose des questions de mise en scène spécifiques. Comment reconstituer ce qu’est un espace intérieur, ce qu’est une subjectivité, une conscience ? Comment faire coexister sur le plateau deux types de réalités différentes ?

La Ménagerie de verre soulève avec acuité la question du jeu de l’acteur. La pièce (1944)  est contemporaine de la fondation de L'Actors Studio (1947), école d’acteurs fondée par Elian Kazan, puis dirigée par Lee Strasberg. L’Actors Studio enseigne la méthode Strasberg, inspirée de la « Méthode Stanislavski » (ou Système Stanislavski), principes d’interprétation théâtrale mis au point par Constantin Stanislavski en Russie dans les années 20.  Elle est liée aux pratiques d'acteur développées par cette école, autour de la notion de mémoire affective et de construction du personnage, qu’elle invite à explorer et à mettre en perspective. 

Elle a été adaptée à plusieurs reprises au cinéma et à la télévision ; cet intertexte cinématographique, qui fait pleinement partie de son histoire, est un des enjeux possibles de mise en scène. Comment travailler à partir de ces réécritures cinématographiques ? Faut-il les intégrer ? S’en affranchir ? Comment cette mémoire de cinéma agit-elle aussi sur la construction dramaturgique ajourd’hui ?

IMG 3113 La Ménagerie de verre (répétition) 

IMG 3046   La Ménagerie de verre (répétition)

 

PREMIÈRES ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ : HAMLET (Shakespeare) second semestre

« Pourquoi, après avoir passé une bonne part de la pièce à chercher la preuve de la culpabilité de Claudius, une fois qu’il l’a obtenue sous nos yeux de façon certaine, Hamlet sursoit-il à son acte ? » (Anne-Françoise Benhamou). 

Cette énigme, placée au cœur de la pièce, montre que plus que l’histoire d’une vengeance, Hamlet est surtout une histoire de doute, une interrogation sur ce qui est vrai et ce qui est faux, sur ce qui est simulé et ce qui est réellement éprouvé, sur le réel et la fiction. La pièce met en scène une enquête dont l’instrument est paradoxalement le jeu théâtral, fiction agissante chargée de révéler le vrai. 

Le thème du théâtre parcourt la pièce à plusieurs niveaux : dans sa structure (par la mise en abyme du « piège »), dans sa distribution (des personnages d’acteurs), dans ses références (à Jules César de Shakespeare), dans ses adresses au public (« Spectateurs silencieux de cette scène »). Comment la pièce utilise-t-elle le théâtre à la fois comme instrument de dissimulation et comme instrument de connaissance ? 

Parmi les multiples entrées possibles dans cette pièce monstre (Hamlet, ou l’histoire d’un jeune homme plein de rancœur contre sa mère et contre son beau-père, l’histoire d’un fils qui se sent indigne de son père, l’histoire d’une jeune génération qui porte un regard critique sur le monde dont elle hérite et dont elle ne veut pas, l’histoire de spectre et interrogation devant la mort, l’histoire de la folie et de la raison…), nous privilégierons peut-être la questionnement sur la théâtralité de la pièce et ses enjeux.

Le travail sur Hamlet permettra d’étudier les caractéristiques du théâtre élisabéthain, cette production dramatique exceptionnelle qui commence sous le règne d’Elisabeth Ire (1558) et s’achève à la fermeture des théâtres par les puritains en 1642 : étude à la fois des conditions concrètes de représentation (les lieux théâtraux, la vie des compagnies, le statut des auteurs), et des caractéristiques du drame élisabéthain, genre hybride, sous influence baroque. 

 

TERMINALES FACULTATIVES  : PINOCCHIO (Joël Pommerat). 

Lecture complémentaire conseillée : Joël Pommerat, Théâtre en présences (Actes Sud)

En liaison avec la nouvelle création de Joël Pommerat que nous irons voir en février au théâtre des Amandiers à Nanterre (Contes et légendes), notre travail interrogera la notion de liberté à travers la tension entre désir et contrainte, pour questionner ce que signifie être un « pantin » ou être un « humain ». Cette pièce de théâtre tout public (que nous analyserons dans la mise en scène de Joël Pommerat à partir d’une captation en DVD) pourra être envisagée comme une réponse à la question : « être libre, est-ce laisser libre cours à tous ses désirs ? ». 

L’année impliquera un important travail corporel, nous vous demandons de venir à toutes les séances dans une tenue adaptée. 

Entre autres pistes d’exploration : comment interpréter un personnage de pantin ? (recours à la marionnette ? au masque ? à une incarnation chorale ? au théâtre d’ombre ? que signifie être mis en mouvement de l’extérieur ? quelle dimension chorégraphique ?). Comment incarner une métamorphose (le pantin, l’âne, le petit garçon) ? 

IMG 3283

Croquis de répétition (Mathias)

IMG 3220  

Photo de répétition

PREMIÈRES OPTION FACULTATIVE : CIRCULATIONS (écriture collective)

CIRCULATIONS questionne le voyage, sa liberté et ses limites. Quel élan pousse à partir de son pays pour venir dans un autre ? Quelle nécessité ? Les conditions du voyage sont-elles les mêmes pour tous ? Quelles rencontres fait-on durant le voyage ? En quoi le voyage nous fait-il ou nous défait-il ? (selon le mot de Nicolas Bouvier). Quel accueil reçoit-on dans le pays où l’on arrive ? Qu’attend-t-on du voyage ? En mettant en regard des textes anciens et des textes récents, en confrontant des expériences aussi contrastées que celles du touriste et du migrant, nous interrogerons ce que les conditions du voyage disent de notre société. Ce travail d’écriture de plateau s’appuiera sur différents documents collectés par les élèves et les professeures, qui seront la matière première de notre construction dramaturgique (extraits de textes littéraires ou de textes dramatiques, articles, poèmes, photographies, extrait de films, extraits de documentaires, de guides touristiques, de témoignages, discours politiques, objets, images, etc.). De L’Odyssée à Un qui veut traverser (Marc-Emmanuel Soriano), de Tristes Tropiques (Claude Levi-Strauss) à Libre (film sur Cédric Hérou) en passant par L’Usage du Monde (Nicolas Bouvier) et 10e Chambre instants d’audience (Raymond Depardon), nous questionnerons notre imaginaire du déplacement, hier ou aujourd’hui, ses possibilités et ses obstacles. 

Pistes d’exploration : Théâtre documentaire / théâtre documenté : comment faire théâtre à partir de documents ? Comment interroger théâtralement la forme du procès ? Quel dispositif scénique pour dire le voyage ? Quelle utilisation de la photographie ou de la vidéo ?

 

SECONDES OPTION FACULTATIVE : LA MOUETTE (Tchekhov, traduction d’André MARKOWICZ et Françoise MORVAN). 

Le travail sur La Mouette de Tchekhov permettra de nous demander quelle liberté est la nôtre dans nos choix de vie, en particulier dans notre choix de métier. Quelles influences pèsent sur nous au moment crucial que représente l’orientation ? Quelle place laissons-nous à nos désirs, à nos rêves, à notre idéal lorsque nous imaginons notre avenir ? Quels sont nos modèles ? Quels sont nos repoussoirs ? Quelles sont nos aspirations ? Nos peurs ? Nos ambitions ?

Nous travaillerons sur plusieurs scènes de La Mouette qui abordent ces questions. Nous nourrirons notre réflexion en nous appuyant également sur des textes complémentaires (extraits de pièces, de films, de documentaires, d’articles) autour de la question du choix du métier, de l’aspiration à la reconnaissance, de l’orientation vers les métiers artistiques, etc. 

Entre autres pistes d’exploration : Un travail d’improvisation sera réalisé durant la première partie de l’année, qui pourra donner lieu à l’écriture d’une partie des scènes (monologues intérieurs de personnages, transpositions contemporaines de situations…). Autour de la mise en abyme du théâtre : quel rapport au public ? (et en particulier quel dispositif scénique ?). Comment donner à voir une aspiration, un idéal ? (quelle utilisation notamment de la vidéo ? de la chanson ?).