Interview de Martin WEILL, parrain de la 6e Médias (2020-11-26)

Martin Weill

Ousmane : Depuis quand êtes-vous reporter ?

Martin Weill : Je suis reporter depuis 8 ans. J'ai commencé par TF1.

 

Eghön : Comment avez-vous eu l’idée de devenir journaliste-reporter ?

Martin Weill : J'ai toujours voulu être reporter. J’étais très motivé !

 

Anissa : Quelles études avez-vous faites pour devenir journaliste-reporter ?

Martin Weill : J'ai d'abord passé le bac, puis j'ai fait Sciences Po. à Bordeaux. Ensuite j'ai passé le concours de l'ESJ (Ecole Supérieure de Journalisme) à Lille.

 

Camilia : Comment choisissez-vous vos sujets ?

Martin Weill : Je fais des conférences de rédaction avec mes collègues et on choisit des sujets qui font consensus entre nous.

 

Karel : Que préférez-vous dans votre travail ?

Martin Weill : J'aime rendre service en informant, pouvoir découvrir des gens et des cultures. C'est très intéressant ce contact avec des gens qui n'ont pas la même chance que nous. Cela me permet d'avoir une grande ouverture d'esprit. On voit des choses qu'on ne voit pas d'habitude. Cela met un visage sur les réalités de ce monde.

 

Sonia : Avez-vous le trac quand vous passez à la télé ?

Martin Weill : Oui, surtout quand c'est en direct. J'ai toujours la boule au ventre, même si ça ne se voit pas. Rien ne se passe généralement comme prévu. Par contre, quand je suis sur un plateau, je n’ai jamais le trac.

 

Maxim : Est-ce que le métier de reporter est dangereux ? Avez-vous parfois eu peur ?

Martin Weill : Oui, ça peut être dangereux. Mais quand on va en reportage, on connaît les risques. Et lorsqu’il s’agit d’un pays dangereux pour les journalistes, c’est plus dangereux pour les journalistes du pays que pour les reporters étrangers.

 

Louison : Y a-t-il eu des moments où vous avez voulu arrêter votre carrière ? Si oui, pourquoi ?

Martin Weill : Oui, ça peut arriver quand je suis fatigué mais j'aime ce que je fais!

 

Elise : Si vous pouviez retourner sur les lieux d’un de vos reportages, ce serait lequel ? pourquoi ?

Martin Weill : Je retournerais à la coupe du monde à Rio au Brésil. C'était un bon moment. L'ambiance était vraiment géniale! J’ai vraiment adoré !

 

Juliette : Quels conseils donneriez-vous à un reporter débutant ?

Martin Weill : Deux choses principalement : rester curieux et ne pas avoir peur de traiter n’importe quel sujet même si celui-ci ne paraît pas forcément intéressant. Je dirais qu'il n'y a pas de mauvais sujet et qu'il faut raconter son histoire en y croyant. Et il faut rester curieux de tout!

 

Abdoul : Comment avez-vous été embauché à Quotidien ?

Martin Weill : J’ai d’abord été embauché au Supplément sur Canal plus pendant un an, puis au Petit Journal pendant encore un an. Je m’occupais de l’international. Ensuite je suis passé sur TMC à Quotidien. J’y suis resté cinq ans.

 

Morgan : Avez-vous aimé travailler à Quotidien ?

Martin Weill : Oui, j’ai beaucoup aimé travailler à Quotidien. J’avais 25 ans, l’ambiance était très agréable. J’étais toujours à l’étranger. J’ai couvert le monde pendant ces cinq ans : j’ai couvert des conflits, je suis allé sur place quand Mandela ou encore Castro sont morts. C’était vraiment très intéressant mais c’était beaucoup de travail !

 

Eliott : Pourquoi avez-vous quitté Quotidien ?

Martin Weill : J'ai adoré travailler à Quotidien et c'est toujours des amis mais je voulais faire des formats plus longs. Mais je garde toujours contact avec eux et ils m'invitent quand je fais une émission.

 

Anaïs G. : Comment on s’organise pour créer une émission ?

Martin Weill : Cela dépend du format de l'émission. Trois minutes de passage à Quotidien me demandent moins de travail et de préparation qu'une émission d'une heure.

 

Yasmine : Est-ce que vous êtes déjà allé parler de votre métier à des élèves ?

Martin Weill : Non, c’est la première fois et c’est une bonne expérience !

Interview Martin Weill-Classe médias-2020-11-26

Martin Weill, interviewé par les élèves de 6e médias du Collège Roland-Dorgelès, le 26 novembre 2020. (Photo M.M.)