Témoignage de Soisic : un parcours Hypokhâgne / Khâgne moderne / Sciences Po

Sciences Po ecole-urbaine

« Après le bac, j’ai opté pour une classe préparatoire littéraire pour son aspect généraliste et intense, mais je n’étais pas nécessairement animée par le désir de passer le concours, qui me semblait lointain. J’avais surtout peur de me trouver dans un monde de concurrence et de brimades, une mare aux crocodiles où seuls les meilleurs sont admis à rester. Dès le premier jour dans les beaux bâtiments de Condorcet, je me suis rendu compte que ce ne serait pas le cas et que beaucoup d’entre nous partageaient mes craintes. Très vite se sont formés des groupes de travail et de solidarité qui sont devenus des amitiés solides. La plupart des professeurs étaient prêts à prendre le temps de discuter des difficultés des élèves et des mauvaises notes qui ne manquaient pas de tomber au début de l’année ! Au fil des cours, mes préférences se sont approfondies et j’ai choisi de me spécialiser en khâgne moderne histoire-géographie pour la deuxième année.  Même si je n’ai en fin de compte pas eu le concours de l’ENS, j’ai intégré le master Stratégies Territoriales et Urbaines de Sciences Po, où la formation est très différente et complète bien les savoirs fondamentaux et les méthodes acquises en prépa. Mon passage en classe préparatoire fait partie intégrante de mon parcours universitaire et je conseille vivement la khâgne à ceux qui sont encore trop curieux des sciences humaines pour se spécialiser tout de suite après le bac. »

Soisic