Qui était George SAND ?        

Née Aurore DUPIN à Paris au début du XIXème siècle, le 1er juillet 1804, elle est élevée à Nohant (dans l'Indre) par sa grand-mère suite au décès de son père. Elle bénéficie d'une éducation, ce qui est assez rare pour une fille à son époque, apprenant le latin et les sciences tout en profitant des joies et des plaisirs de la campagne berrichonne

.21403443      gsand         images4     pseudo

             Adolescente, elle passe du temps dans un couvent et en sort pour être mariée à un baron Casimir Dudevant en 1822. Elle aura 2 enfants de ce mariage qui ne va pas durer ; les époux se séparent.

            La jeune femme décide alors de partir vivre seule à Paris, situation inédite et surprenante pour l’époque, et va profiter de sa liberté pour suivre ses motivations.

           A Paris, elle rencontre Jules Sandeau avec qui elle coécrit des textes qu'il signe de son seul nom. Elle le quitte très vite pour pouvoir écrire seule et être reconnue pour ses textes. Elle décide de se venger en coupant son nom en deux et en conservant « Sand » qu'elle associe à un prénom masculin « George », son nom de plume qui lui permet de prendre une place dans le monde des Lettres.

George Sand [1]    George Sand vue par Musset sand-par-musset[1]      images6

            Elle publie dès 1832 deux romans dont les héroïnes recherchent à s'éloigner des oppressions qu'elles subissent dans la société tout en rêvant d'idéal.

            George Sand revendique dans sa vie et ses écrits le droit à la liberté  pour les femmes et le droit à un amour plus libre que celui proposé par la société du 19ème siècle. Elle affiche son indépendance dans sa vie quotidienne et se bat pour sa liberté de penser et pour ses idéaux politiques républicaines. Ses livres témoignent de ces idées toujours surprenantes pour son époque qui voit l'auteur fréquenter des hommes politiques connus et des artistes comme Musset et Chopin avec qui elle aura une histoire d'amour.

Autoportrait                      George Sand par Nadar  George-Sand-par-Nadar

            À la fin des années 1830, George Sand s’intéresse aux pensées socialistes et démocratiques, comme en témoignent le « Compagnon du tour de France » (1840) et « Consuelo » (1842). Particulièrement engagée, elle côtoie les grands démocrates de l’époque (Pierre Leroux, Armand Barbès ou encore Félicité de Lamennais) et se réjouit des événements politiques de février 1848.

            Mais l’échec de la Révolution la déçoit profondément. Aussi préfère-t-elle se retirer à Nohant dans sa maison familiale et poursuivre sa série d’œuvres champêtres optimistes largement inspirées de son enfance. « La Mare au diable » (1846), « François le Champi » (1848), « la Petite Fadette » (1849) et « les Maîtres sonneurs » (1853).

 17196 1183455   index  6747  7705739888 les-maitres-sonneurs-de-george-sand   bodin1   consuelofolio  images5  images   IL3  index1  images1  index3  vignettegeorgessand-  reid1

            Auteur prolifique, George Sand écrit jusqu'à ses derniers instants. Après s’être consacrée au théâtre, elle entreprend la rédaction de son autobiographie, « Histoire de ma vie » (1854-1855). Elle meurt le 8 juin 1876, à l’âge de 72 ans, laissant derrière elle une œuvre considérable et variée qui l’inscrira dans la lignée des plus grands auteurs français du XIXème siècle. Femme de lettre française, elle laisse une œuvre romanesque remarquable, assortie de contes, de nouvelles, de pièces théâtrales, de textes autobiographiques ainsi qu’une immense correspondance. Inspirée par les passions qui ont jalonné sa vie. Elle s’est battue aussi bien pour son indépendance, sa liberté de penser que pour ses aspirations politiques républicaines. 

 


George Sand, une auteure inspirante

Un travail réalisé par une de nos élèves.

 

 

20181210 131507

20181210 131517

20181210 131528